La JNAES est l’occasion de mettre en lumière toute la chaîne de compétences nécessaires (producteurs, distributeurs, gestionnaires, ingénieurs, cuisiniers, diététiciens, agents hôteliers, soignants) qui œuvrent ensemble au quotidien à faire du repas en établissements un vrai moment agréable.

Anne-Françoise Gicquel, présidente de l’ACEHF

Anne-Françoise Gicquel

Pour moi, la JNAES est un temps fort qui met en avant ce marqueur important de la journée des personnes hospitalisées et des résidents qu’est le repas et pour montrer que celui-ci doit rester un moment de plaisir des sens (du goût, de la vue, de l’odorat) et de partage. Le temps d’une journée, nous ouvrons les portes de nos cuisines, nous montrons le travail de nos équipes et nous faisons connaître nos métiers : achat, production, diététique, service. Cette Journée met en évidence toute la valeur du repas lorsque l’on est malade ou faible, car le repas est le premier soin. Il est d’autant plus important d’apporter un sourire, un réconfort, un lien, que l’on se trouve dans un univers de soins. Dans les petites structures, en particulier, les professionnels sont tous très proches du point final du repas, c’est-à-dire des personnes qui le dégustent. Nous les connaissons souvent et lorsque nous lisons la satisfaction sur leur visage, c’est aussi une satisfaction pour nous. La loi Alimentation nous encourage et nous aide à travailler des produits de qualité. Mais c’est à nous, professionnels, d’agir au quotidien sur le terrain. Ce que nous faisons depuis toujours. Cette Journée met un coup de projecteur sur cette réalité.

Isabelle Parmentier

L’organisation de la JNAES par les trois associations professionnelles qui contribuent à l’alimentation en établissements de santé, accompagnées par le réseau de la restauration collective Restau’Co, montre bien que proposer un « bon » repas aux patients et aux résidents est le résultat d’une chaîne de compétences dont chaque maillon est indispensable. De « bons » repas, ce sont des repas à la fois nutritionnellement « équilibrés » qui correspondent à des besoins de santé, des repas « de qualité » réalisés avec des produits sains et sûrs, des repas « responsables » qui respectent les enjeux actuels de notre société, des repas « conviviaux » qui favorisent le partage de ce moment de vie important, des repas « plaisir » qui donnent envie de se mettre à table et ont du goût. C’est l’articulation de tous ces savoir-faire qui permet d’aboutir à la réussite globale d’un repas. Cette année, la loi Alimentation est l’occasion de fédérer tous les acteurs de l’alimentation en établissements de santé que nous sommes et d’être soutenus dans notre mobilisation en faveur de « L’Assiette Santé Responsable ».

Isabelle Parmentier, présidente de l’AFDN

Sylvain Zercher, président de l’UDIHR

Sylvain Zercher

La JNAES est l’occasion de montrer et démontrer tous les savoir-faire que les professionnels mettent en œuvre pour offrir tous les jours à leurs patients et résidents des repas qui correspondent le plus possible à leurs attentes ou besoins. Depuis le producteur qui fournit des produits de qualité, jusqu’à l’agent hôtelier qui présente le repas et aide si nécessaire à le prendre, en passant par les ingénieurs qui cherchent à optimiser les process de restauration et de distribution, les diététiciennes qui contrôlent les apports nutritionnels et les cuisiniers qui préparent les meilleures recettes, nous œuvrons tous, dans l’ombre, à la satisfaction de nos convives. Je suis heureux que la loi Alimentation, en rendant obligatoires dans une certaine proportion les produits sous signes de qualité et les produits bio, aille dans ce sens. Non seulement elle donne du sens à toutes nos initiatives en faveur de la rationalisation des coûts et de la réduction du gaspillage, mais je pense aussi qu’elle peut mais elle peut aussi aider à faire prendre conscience de la nécessité d’agir et de réévaluer nos budgets pour tenir compte du surcoût induit par l’achat de ces produits. La JNAES nous donne pleinement l’opportunité de montrer notre mobilisation.

Marie-Cécile Rollin

Dans le contexte de la loi Alimentation, la restauration collective a un rôle moteur à jouer pour accompagner les filières de production dans la transition de l’agriculture française. Les établissements de santé et médico-sociaux, par le nombre important de repas et la diversité des structures, peuvent être les partenaires de cette transition. Le repas est par ailleurs un moment privilégié de la journée des personnes accueillies dans ces établissements où, par le goût et le moment de partage, il peut être un allié pour leur santé. C’est ainsi que Restau’co a souhaité accompagner les associations UDIHR, AFDN et ACEHF, fondatrices de la Journée Nationale de l’Alimentation en Établissements de Santé. Une journée qui permet de célébrer le repas dans les établissements, de faire connaître les initiatives de ces structures pour augmenter la qualité de ces repas et de sortir de l’ombre les équipes de cuisine qui œuvrent avec passion chaque jour.

Marie-Cécile Rollin, directrice de Restau’Co