Comment améliorer les process de restauration à l’hôpital pour faire du repas du patient une véritable expérience positive ? C’est la question à laquelle cherche à répondre l’expérimentation « Repas à l’Hôpital ». Lancée en septembre 2018 conjointement par le réseau Restau’Co avec les associations UDIHR, ACEHF, AFDN et le député Frédéric Descrozailles, elle entre aujourd’hui dans sa phase opérationnelle avec 3 hôpitaux pilotes.

De gauche à droite : Didier Girard (Chargé de mission Restau’Co), Céline Bordier (Alimentation durable-Hôtellerie), Hélène Réveillère (Qualité-Indicateurs), Mathieu Jouys (Diététique-Nutrition), Sylvaine Bouquerel (Restauration). Absente Karine Marchalant (Chef de projet)

 

2 chiffresDépenses alimentaires : 1% du budget d’un CHUGaspillage : 35 à 40% d’un plateau repas

« En un peu plus d’un an, moyennant l’enregistrement de données et d’indicateurs établis selon un protocole rigoureux, il s’agira de vérifier que la baisse du gaspillage de denrées, une meilleure maîtrise des achats de compléments alimentaires, voire l’amélioration du suivi médical feront plus que compenser les propositions de réorganisation interne et de réévaluation des denrées », Frédéric Descrozailles, député de la 2re circonscription du Val-de-Marne

Selon l’avis n° 78 du comité national de l’alimentation (CNA), « Alimentation en milieu hospitalier » (2017), la dénutrition et le gaspillage peuvent être réduits à l’hôpital si l’on redonne envie de manger au patient.

Le principe

À la suite de cet avis, pour « remettre le patient au cœur du repas à l’hôpital », le réseau Restau’Co et ses experts hospitaliers se sont rapprochés du député Descrozailles pour lancer une expérimentation auprès d’établissements volontaires. Trois ont été retenus : CH Paray Le Monial, 700 lits (71), CH Douai, 700-1 000 lits (59), AP-HP Groupe 5, 3 550 lits (75). Aujourd’hui, il s’agit d’accompagner ces établissements dans la construction d’une nouvelle prestation de restauration, de l’achat au service du repas, sur la base de quatre nouveaux principes : augmenter le coût denrées, optimiser le cahier des charges d’achat, permettre une plus grande liberté de préparation culinaire, réorganiser le service du repas. Rendez-vous en 2020 l’extension de l’expérimentation après évaluation et bilan.

Une démarche en 5 étapes

  1. Septembre 2018 – Mars 2019 : sélection des établissements (élaboration d’une grille de critères, sélection des établissements et préparation de l’expérimentation) ; 40 candidatures reçues
  2. Avril – Juin 2019 : réalisation des diagnostics de terrain dans les 3 établissements pilotes
  3. Septembre 2019 – Mars 2020 : mise en place des plans d’actions
  4. Avril – Mai 2020 : évaluation des mesures correctives
  5. Juin 2020 : synthèse et création d’outils pour diffusion de l’expérience